Accueil      Plan du site      English     
SPEIJ-NB • Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau-Brunswick
Connectez   Twitter   fb   Vimeo
   
Profil Nouvelles Publications Programmes Projets Liens Contactez-nous
Les jeunes et la loi
Mauvais traitements et harcèlement
Justice pour les jeunes
Autres ressources
FAQ
 


Justice pour les Jeunes
Faire un don maintenant par CanadaHelps.org!
 
 
 
Publications

Les jeunes et la loi

Imprimer cette page   Envoyer à un ami   Commander maintenant

Aider les jeunes qui ont des démêlés avec la justice

Comment les parents et la communauté peuvent-ils aider les jeunes?

Les familles peuvent apporter du soutien aux jeunes en les aidant à composer avec les stress liés à l’adolescence. D’abord, il est important de ne pas paniquer si un adolescent se comporte en adolescent! La période de 12 à 17 ans est une étape difficile pendant laquelle les jeunes se sentent adultes sans pour autant pouvoir intégrer le monde des adultes. La plupart essaieront de tester leurs limites, prendront des risques et affirmeront leur indépendance. Ils pourraient participer à des activités et adopter des comportements qui pourraient aboutir à des infractions criminelles, comme la consommation d’alcool, les bagarres, le vandalisme ou le vol à l’étalage. D’autres jeunes commettent des infractions parce qu’ils s’ennuient ou qu’ils sont désœuvrés.Les jeunes qui ont des démêlés avec la justice commettent généralement des infractions relativement mineures à une fréquence qui tend à diminuer à mesure qu’ils vieillissent. En général, ils finissent par découvrir des moyens positifs de participer et de contribuer à la société. Les parents doivent trouver des moyens d’inculquer à leurs jeunes des valeurs et des comportements sociaux positifs.

La communauté a aussi un rôle à jouer pour aider les jeunes et les familles. Les recherches indiquent que les jeunes défavorisés sur le plan socio-économique qui bénéficient d’aide précoce sont moins susceptibles de s’engager à long terme dans des activités criminelles. Les membres de la communauté peuvent appuyer de nombreuses façons les efforts pour inciter les jeunes à participer à des activités utiles et significatives. Par exemple, ils peuvent

  • essayer de répondre aux divers besoins et intérêts des jeunes de leur communauté;
  • créer une gamme d’activités récréatives, éducatives, abordables et volontaires pour les jeunes;
  • travailler avec les jeunes pour leur procurer un endroit où aller;
  • établir des services sociaux qui peuvent aider les jeunes et les familles à faire face aux problèmes à l’origine de l’infraction.
  • promouvoir des mesures de sécurité économique destinées aux jeunes et aux familles.

Programmes pour les jeunes à risque

Programmes qui dirigent et traitent les jeunes en fonction des niveaux de risque.
Programmes qui répondent aux besoins des jeunes au moyen d’interventions variées et de programmes de réadaptation appropriés.
Programmes qui tiennent compte de l’individualité des contrevenants.
Programmes qui offrent des services intensifs aux contrevenants à risque élevé.
Programmes qui permettent au personnel d’interagir avec les jeunes.
Programmes qui assurent la formation et la supervision du personnel qui travaille avec les jeunes.
Programmes qui traitent les jeunes avec respect.

La recherche sur le traitement des jeunes délinquants et l’aide à apporter aux jeunes à risque révèle que les programmes et services doivent tenir compte d’une gamme complexe et variée de facteurs qui favorisent des comportements antisociaux chez les jeunes.

C’est quoi la réadaptation des jeunes?

La réadaptation des jeunes comprend parfois des interventions cliniques. Elle peut aussi englober une gamme plus vaste de programmes et de services. Voici quelques éléments clés des programmes et services de réadaptation des jeunes.
Programmes qui aident les jeunes qui ont des démêlés avec la justice à comprendre les valeurs, les activités et les personnes conventionnelles;
Programmes qui aident les jeunes à acquérir des aptitudes qui leur permettent de faire une contribution positive à la société;
Programmes qui permettent aux jeunes d’utiliser les aptitudes nouvellement acquises;
Programmes qui réduisent l’influence des pairs délinquants.

Qu’est-ce qui aide à prévenir la récidive des jeunes?

• cours d’apprentissage cognitif des compétences portant sur les pensées antisociales;
• cours sur les valeurs;
• cours sur la sociabilité;
• cours de dynamique de la vie;
• formation scolaire, préalable à l’emploi et professionnelle;
• programmes de formation et de counseling psychologique et scolaire abordant des éléments comme la gestion de la colère, la résolution des problèmes et l’abus d’intoxicants.

Tous les programmes et services jeunesse favorisent l’acquisition de diverses aptitudes. Les programmes de réadaptation correctionnels visent surtout l’acquisition des aptitudes et compétences constructives qui manquaient au jeune au moment de s’engager dans une activité criminelle.

Les programmes prometteurs de réadaptation des jeunes englobent généralement

des interventions psychologiques et scolaires qui favorisent l’acquisition de compétences sociales et personnelles (apprentissage cognitif des compétences, sociabilité et dynamique de vie);
milieux et communautés thérapeutiques résidentielles;
counseling de groupe (abus d’intoxicants, gestion de la colère, résolution des problèmes);
surveillance communautaire intensive et réadaptation sans placement sous garde (éducation non traditionnelle, abus d’intoxicants et gestion de la colère).

Devrait-on traiter les jeunes en détention?

La plupart des jeunes qui commettent des infractions ont accès à des programmes et à des services de traitement communautaires. L’efficacité de tels programmes pour les jeunes à risque est bien documentée. Ils sont particulièrement utiles dans le cas des jeunes récidivistes chroniques. Les programmes les plus efficaces sont ceux de type communautaire qui adaptent l’intervention aux besoins individuels des jeunes. Ces programmes sont parfois plus efficaces que ceux qui prônent le placement sous garde. Les jeunes violents en détention pourraient avoir à participer à des programmes de traitement en résidence ou en détention. Malheureusement, des études révèlent que les progrès réalisés par les jeunes qui suivent des programmes en détention arrêtent quand ils sont libérés. Il serait possible d’atténuer cette situation en surveillant étroitement les jeunes après leur libération et en les engageant dans des programmes communautaires.

Les programmes de réadaptation préviennent-ils les récidives?

Ces programmes sont certes utiles. Toutefois, les jeunes qui commettent une infraction n’ont pas tous besoin de traitements. Selon les recherches, les jeunes peu à risque et sans grands besoins qui suivent les programmes correctionnels sont en fait plus portés à récidiver. Une stratégie préventive efficace pourrait consister à éloigner le jeune du système de justice pénale et à procurer aux parents et à la communauté les ressources nécessaires pour composer avec le jeune.

Les jeunes qui sont relâchés de détention sont plus susceptibles de commettre une nouvelle infraction dans les mois qui suivent. (C’est ce qu’on appelle la récidive.) Les programmes de réadaptation qui favorisent la réinsertion réussie du jeune dans la société comprennent un programme transitoire de type communautaire. Cette démarche diminue de beaucoup les risques de récidive. Il est toutefois impossible de juger du succès des programmes de traitement à partir des récidives. Il faut aussi envisager d’autres programmes axés sur les résultats, comme le jumelage de jeunes en difficulté avec des adultes solides et compréhensifs.

La présente brochure ne se veut pas un énoncé exhaustif du droit dans ce domaine. De plus, il arrive que les lois subissent des modifications de temps à autre. Toute personne ayant besoin de conseils concernant sa situation juridique particulière devrait consulter un avocat.

Basée sur la recherche du
Centre for Research on Youth at Risk
St. Thomas University
Fredericton (N.-B.) E3B 5G3
506 452-0456

Publié par:
Service public d'éducation et d'information
juridiques du Nouveau-Brunswick
C. P. 6000
Fredericton (N.-B.)
E3B 5H1 CANADA
Tél: (506) 453-5369
Télécopieur: (506) 462-5193
Courriel : pleisnb@web.ca
Projet financé par Justice Canada
March 2003

Survey

 

Retourner à la section justice pour les jeunes

 

Décharge : Notre site Web fournit des renseignements juridiques généraux. Il ne contient pas un exposé intégral des questions de droit dans les domaines visés. Nous tentons de mettre nos publications à jour régulièrement, mais les lois sont souvent modifiées. Il est donc important d’effectuer les vérifications nécessaires pour s'assurer que l'information fournie est à jour. L’information fournie dans nos publications ne doit pas être considérée comme l’équivalent d’un avis juridique. Pour obtenir un avis juridique concernant une situation en particulier, vous devez communiquer avec un avocat.

 
 
Accueil   |   Profil   |   Nouvelles   |   Publications   |   Programmes   |   Projets   |   Liens   |   Contactez-nous